150 ans de Charles Maurras / Grande journée commémorative

L'Action Française 2 avril 2018 10:49 AM Charles Maurras

21 Avril 2018 
Grande journée commémorative / Avignon

150cm

  • 10h00: Messe pour la France
  • 12h30: apéritif et banquet de l'Amitié Française animé par le "Choeur de la Joyeuse Garde - chants de France et de Chrétienté"
  • 14h30: début des conférences
    - "Maurras ou l'espérance et l'exigence nationalistes" Yvan Benedetti
    - "Charles Maurras et la Révolution Française" Marion Sigauti
    - "L'autorité en haut, les libertés en bas" Elie Hatem i
    - "Le Pays réel ou la Patrie Charnelle" Alain Escadai
    - "Maurras, poète de l'Ordre et de l'espoir" Gérard Bedel


Grand choix de livres disponible dont les Mémoires de Jean-Marie le Pen, nombreuses associations présentes, parking surveillé. L'adresse de l'événement vous sera communiqué 48h à l'avance.

«Tenons serré le lien qui nous tient réunis avec les Pères de notre esprit et de notre goût»
Charles MAURRAS – Préface d’Anthinéa (1942)

Pour que la flamme ne s’éteigne pas…

Le nom de Charles Maurras a été effacé du livre des commémorations nationales. Françoise Nyssen, ministre de la Culture s'explique : il s'agit de « lever l'ambiguïté » sur « des malentendus qui sont de nature à diviser la société française ». Soixante ans après sa mort, le Martégal a toujours contre lui les détenteurs du pouvoir politique, ceux qui l’ont chassé de l’Académie française, ceux qui l’ont condamné à la réclusion perpétuelle et à la dégradation nationale pour intelligence avec l’ennemi. La « gueuse » se défend bien et il n’y a rien d’étonnant à cela. Que peut-on attendre de cette République et de ses serviteurs ? Que peut-on attendre de l’anti France ? Maurras aurait répondu : rien.
Honorer Maurras, c’est avoir pour la Patrie une piété filiale, c’est se savoir comme le dirait Jean Madiran « débiteur insolvable », c’est avoir à l’esprit que le patrimoine reçu est là pour le transmettre et non uniquement pour en jouir de manière égoïste. C’est parce que cette impiété à l’égard de la Patrie n’a jamais été aussi grande que nous honorons ceux qui ont fait la France : nos rois certes, mais aussi l’immense cortège de tous nos saints, de nos héros et de nos soldats, célèbres ou silencieux, qui ont foulé le sol de notre beau pays et contribué à transmettre et à enrichir le patrimoine de notre civilisation.
Honorer Maurras, c’est saluer son œuvre immense, littéraire et politique. Certains – tièdes – ne reconnaissent que le génie littéraire du maître de Martigues ; ceux-là le travestissent, l’accusant d’employer au service de la politique son génie littéraire. Ceux-là n’ont pas compris Maurras et ce qui l’animait : cet amour du Pays Réel, cette ferme volonté de montrer aux français la voie royale du salut national, cet amour de l’Ordre des choses. Honorer Maurras, c’est rendre hommage à son art qui s’est déployé dans une démarche politique et qui fut au service de « la France, la France seule ».
Honorer Maurras, c’est redécouvrir sa doctrine, c'est avoir à l'esprit que « la République en France est le règne de l’étranger ». Dès ses débuts avec Mistral au sein du Félibrige, il s’est efforcé de combattre avec la plus grande fermeté le broyage des identités provinciales, le monolithisme centralisateur de cette république « Une et Indivisible ». Nous devons saluer le grand mérite qu’il a eu d’avoir su conjuguer nationalisme et Contre-Révolution. Maurras est un modèle, il nous invite à mener un combat énergique contre ce qu’il appelait les « Quatre États confédérés », contre ces États dans l’État, contre les lobbies de tout genre. Notre combat doit être politique, culturel et spirituel, de sorte que Washington, Bruxelles et Tel-Aviv ne soient plus maîtres de la moindre parcelle de France. « Règne de l’étranger », la République se montre incapable de faire vivre la nation, la nécessité monarchique s’impose donc, pour rendre à la France un régime qui soit français.
Le 21 avril prochain, à l’occasion du cent cinquantenaire de sa naissance, rendons hommage à Charles Maurras et souvenons-nous des paroles de sainte Thérèse de Lisieux, patronne secondaire de la France que Maurras affectionnait tant : « Il faut toujours prier comme si l'action était inutile et agir comme si la prière était insuffisante. »
« Ma vie s'achève. J'ai beaucoup travaillé pour la France, pour ce beau pays de qui j'ai tout reçu. J'aurais aimé vivre encore quelques temps pour continuer à le servir, pour le voir sortir de ses ruines et rentrer dans son ordre monarchique et catholique, retrouver ses traditions. Toute ma vie j'ai lutté et je lutterais encore pour ce trésor de beauté, de sagesse et de sainteté. Je sais que je n'aurai pas travaillé en vain. Si j'ai pu rendre à quelques Français la fierté de leur tradition, je n'ai pas perdu mon temps. Mon œuvre plaidera devant Dieu qui me jugera. J'ai eu moi aussi, ma mission et j'ai vécu pour elle. »
Charles Maurras au Chanoine Cormier le 8 novembre 1852.

N'en doutons pas, «Tout désespoir en politique est une sottise absolue».

Vive Maurras! Vive le roi! Vive la France!.



Message de soutien de Marielle Pujo


Monseigneur, chers amis “d’Amitié et Action Française”,

Je regrette de ne pas être parmi vous pour célébrer le 150ème anniversaire de la naissance de Charles Maurras. Je vous félicite pour cette initiative d’avoir organisé cet événement auquel vous avez convié des personnalités qui, par leur aura, leurs combats et leurs engagements, symbolisent le patriotisme de Maurras et de l’Action française. Vous faites revivre non seulement la mémoire de Charles Maurras mais vous participez aussi à la résurrection de l’Action française, fondée par mon père, à laquelle je suis très attachée et pour laquelle je m’emploie afin qu’elle préserve ses idées authentiques, loin du politiquement correct et de la compromission avec le système républicain, sous prétexte d’une stratégie de dédiabolisation, en plagiant celle de certains partis politiques qui, légitimement, adoptent cette attitude pour participer au pouvoir au sein de la République, ce qui n’est pas la finalité de l’Action Française. Notre combat, celui de l’Action Française, de Charles Maurras, de mon père, Maurice Pujo et de mon frère, Pierre, a toujours été libre, courageux et sans concession. Restons fidèles à ces principes et à ses valeurs pour éviter la dérive et la dilution dans le système républicain. Je souhaite la réussite de cette manifestation à laquelle vous entendez donner une symbolique, marquant un tournant historique dans notre famille de pensée.
Vive la France, Vive Maurras, Vive le roi !


.

Conclusion du prince Sixte-Henri de Bourbon Parme lors de l’hommage à Charles Maurras pour les 150 ans de sa naissance à Villeneuve-lès-Avignon

 

Monsieur l’abbé, chers amis d'Amitié et d'Action Française ,
On peut dire que Maurras est un physicien du politique qui fait table rase des idéologies pour traiter de la réalité politique selon les méthodes de la science contemporaine. En résulte la seule doctrine politique cohérente en son temps, une physique sociale: LE NATIONALISME INTÉGRAL, seule doctrine susceptible d’assurer la cohésion et la survie du peuple de France à travers les vicissitudes de l’histoire. Ce n’est pas la fiction de la volonté générale qui fait une nation, mais une communauté de destin éprouvée dans une langue, des traditions, des coutumes, des usages, un héritage commun. La recherche de la pérennité de la nation doit aller au fond des choses. LA MONARCHIE HÉRÉDITAIRE, seule manière d’assurer l’identité et la continuité de la nation, contre un électoralisme qui favorise la zizanie et suscite inévitablement la division, inspirant une compétition mortelle en vue de la conquête du pouvoir. En “haut” se situe l’autorité pour que soient sauvegardées les libertés “en bas”. C’est l’exercice constant du principe de subsidiarité. L’EMPIRISME ORGANISATEUR, c’est soumettre l’initiative à la vérification de l’expérience et de la tradition. A Martigues, Maurras part des usages ancestraux des confréries de pêcheurs, pour concevoir la réglementation actuelle. “Ce que nos ancêtres ont fait par coutume et par sentiment, il faut le poursuivre nous-même avec l’assurance et la netteté scientifique, par raison et par volonté”. POLITIQUE D’ABORD est le mot d’ordre caricaturé par les démocrates chrétiens. Cela veut dire que les bœufs passent avant la charrue, les moyens avant la fin. C’est pur et simple réalisme. “La politique est l’art des nécessités de la vie”. Contre les convoitises impérialistes de l’étranger et les puissances de la féodalité et de l’argent à l’intérieur, la monarchie capétienne n’a jamais agi autrement. Le rejet de Maurras aujourd’hui signifie que les Français ne s’aiment pas ni entre eux, ni eux-même en tant que Français - et cela a toujours été la hantise de Maurras. Il est vivant Maurras, n’était-il pas prophète celui qui écrivait dans l’Action Française du 26 septembre 1935 : “ Le national-socialisme c’est l’Islam du Nord” ?




Intervenants à l'hommage des 150 ans de Charles MAURRAS
- PRINCE SIXTE-HENRI DE BOURBON-PARME

SAR
S.A.R le prince Sixte-Henri de Bourbon-Parme est le chef de file de la Communion Carliste Traditionaliste, descendant direct de Louis XIV, neveu de l’impératrice Zita. C’est un fin connaisseur de la géopolitique mondiale, il a sillonné le monde et défendu les structures étatiques ce qui l’a conduit à nouer des amitiés avec Saddam Hussein, Bassel El Assad (frère du président syrien) Kadhafi etc... Fidèle à la Tradition qu’il oppose au conservatisme, il incarne une figure authentique de la France.

 

- JEAN MARIE LE PEN

SAR
POUR DES RAISONS DE SANTE, JEAN-MARIE LE PEN REGRETTE VIVEMENT DE NE PAS POUVOIR SE JOINDRE A NOUS!
Jean-Marie le Pen, fondateur du Front National en 1972 fut qualifié pour le second tour de l’élection présidentielle de 2002. Le Pays réel pointa alors le bout de son nez ! Patriote exemplaire, il continue de dénoncer sans relâche les dangers de la politique menée depuis plus de 40 ans dans notre pays. Président d’honneur du Front National, député européen de la région PACA, Jean-Marie le Pen vient de publier le premier tome de ses Mémoires, Fils de la Nation déjà vendu à près de 100 000 exemplaires.

 

- MARION SIGAUT
MSigaut
Marion Sigaut est historienne, spécialiste du XVIIIe siècle et de la Révolution Française. Elle a publié de nombreux ouvrages non seulement historiques (sur les Lumières, ou encore sur Voltaire) mais aussi contemporains notamment sur la famille. Après avoir côtoyé les milieux trotskystes lambertistes elle se rapproche de Debout la République avant d’adhérer à Egalité & Réconciliation.

 

- ALAIN ESCADA
AEscada
Alain Escada est président depuis 2012 de l’Institut Civitas, mouvement politique traditionaliste proche de la FSSPX, militant pour une Cité catholique. Civitas s’articule autour de trois piliers fondamentaux : la prière, la formation et l’action. Alain Escada et le mouvement Civitas se sont particulièrement fait remarquer lors des Manifs pour Tous et des Marches pour la Vie.

 

- YVAN BENEDETTI

SAR
Yvan Benedetti est un militant nationaliste, président de l’œuvre française, ancien bras droit de Pierre Sidos, mouvement interdit par Manuel Valls. Il est directeur de jeune-nation.com et porte-parole du Parti Nationaliste Français.

 

- GERARD BEDEL

SAR
Professeur de Lettres classiques à l'Institut Catholique d'Etudes Supérieures (ICES) et rédacteur dans la revue Lecture et Tradition, Gérard Bedel a collaboré au journal de l’Action Française et enseigne la littérature latine et la littérature grecque à l’Université. Il collabore à plusieurs revues littéraires et historiques, il a publié de nombreux ouvrages dont le Général de Sonis , éditions Via Romana, Le cardinal Pie – défenseur des droits de Dieu aux éditions Clovis ou encore Maurras : poète de l’ordre et de l’espoir aux éditions DEL.

 

- ELIE HATEM

SAR
Elie Hatem est avocat, Officier dans l’Ordre du Cèdre et Chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques. Il a conseillé plusieurs personnalités politiques internationales dont l’ancien Secrétaire Général des Nations Unies Boutros Boutros Ghali ou encore Jean-Marie le Pen. Il est membre du Comité Directeur de l’Action Française et perpétue les idées de Charles Maurras tel que Pierre Pujo les lui a enseignées.