La non commémoration militaire du centenaire de l’armistice décidée par Macron. Pourquoi ?

merkelmacron

L'Action Française 06 novembre 2018 1:34 AM Actualité


Dans quelques jours nous allons célébrer le centième anniversaire de la fin d’un conflit épouvantable qui saigna démographiquement des tranches d’âges , privant ainsi l’Europe des Nations de son potentiel de développement.Le véritable drame d’aujourd’hui est de ne pas discerner (comme le fit J. Bainville dans « Les conséquences politiques de la paix ») les causes réelles qui engendrèrent ce terrible conflit à savoir le croisement de 2 axes économiques dont les intérêts sont divergents : un axe vital Est-Ouest pour l’économie et la paix européenne entre Paris et Moscou ; un axe nord sud d’intérêts financiers ouvrant les potentialités énergétiques de la méditerranée à l’impérialisme industriel germano-américain. Mauriac disait : »j’aime tellement l’Allemagne que je préfère qu’il y en ait 2″

L’unification de l’Allemagne, dont la position géo politique en Europe lui confère un rôle privilégié, a entraîné, depuis la bévue de Napoléon III, des conflits engendrés en partie seulement par le pangermanisme dénoncé par l’Action Française. A la lumière de l’histoire récente qu’en est-il aujourd’hui ? Ne nous leurrons pas, l’Allemagne, par le biais de l’Euro-mondialisme est l’interlocuteur privilégié des Etats-unis( accords Bush-Schroeder de 2004) . Interlocuteur privilégié historique par le simple fait que l’Allemagne ait fourni aux Etats unis à la fin du XIX siècle le plus fort contingent d’immigrants vers le nouveau monde. Cette colonisation fut si importante dans l’histoire que la langue germanique faillit devenir la langue administrative de Virginie dès 1794. Effectivement, il y a bien encore aujourd’hui deux Allemagne :
De fait, tout au long de l’histoire des États-Unis nombre de familles allemandes, souvent de confessions juives ou anglo-saxonnes, se partagèrent entre leur pays d’origine et l’eldorado d’une conquêtes de terres promises : Rothschild, Rockefeller, Bettelsmann, Warburg,banquiers..ou aventuriers tels que la famille Trump qui commença sa fortune en pépites d'or, par l'ouverture de maisons closes. Cette clarification nous permet de mieux comprendre la trame politique qui a pu se bâtir au fil des siècles autour de ces communautés d’intérêts économiques, affairistes, confessionnels que nous retrouvons dans la doctrine politique de « l’atlantik brücke » et économique du « sionisme ».
Toute l’histoire européenne du XXème siècle et les drames humains qui en découlèrent prennent leurs racines dans la dynamique géopolitique de ces liens anglo-saxons, souvent familiaux(1), qui présidèrent, contre la France, à la fermeture du front de l’Est par la révolution « juive-allemande »( selon l’expression de Cohn-Bendit) de 1917 en Russie(2), à la ré-industrialisation de l’Allemagne dans les accords Dawes et Yung des années 20, au financement par les banques germano-américaines des campagnes du parti nazi dans les années 30(3), développés dans des ouvrages fondamentaux dont je recommande la lecture en référence. L’ Allemagne est en train de réaliser économiquement aujourd’hui ce qu’elle n’a pas réussi à faire militairement ni en 14-18 ni en 39-45, l’une n’excluant pas l’autre : l’Europe Allemande que Charles Maurras ne se lassa jamais de dénoncer.

Nous payons et paierons très cher notre aveuglement de la même manière que l’incapacité de la 3ème république à défendre politiquement nos intérêts a acculé celle ci à les faire valoir par les armes et le sang versé. Il y a cependant une terrible différence, c’est qu’à cette incapacité des politiciens de la 3ème république à anticiper les conséquences de leurs mal-voyance s’ajoutent aujourd’hui la trahison de marionnettes mises en places par la finance de leurs maîtres sans Dieu, sans frontière, sans autres lois que l’esclavagisme des « gentils ». En cela, la profonde symbolique de la non célébration militaire de cette victoire par le sang versé, ignoblement décidée par Macron, ne fait que démontrer combien à ses yeux compte plus pour lui ce que fut en réalité le 11 novembre 1918 : La défaite de ses maitres. Il est vrai que pour ces gens là, le sang des autres n’a pas de prix !

Agathon

(1) Histoire Secrète De L'oligarchie Anglo-Américaine Caroll Quigley, édition retour aux sources.

(2) Wall Street et la révolution bolchevique de Antony Sutton

(3) Wall Street and the Rise of Hitler de Antony Sutton